Expressivité et instructions imagées

Les élèves musiciens “traduisent-ils” en termes sonores ou formels les instructions reçues sous forme d’images? La question est posée par Robert H. Woody dans Journal of Research in Music Education.

Lorsqu’ils guident leurs élèves dans l’interprétation d’une partition, certains professeurs communiquent à l’aide d’images ou de métaphores plutôt que de consignes musicales concrètes, peut-être afin de stimuler l’expressivité et la créativité : il s’agirait d’aider l’élève à ressentir une émotion susceptible de nourrir sa vision de l’œuvre et son jeu, plutôt que de fabriquer une expressivité « simulée » à partir d’un balisage explicite du morceau par des changements de dynamiques, de tempo, de phrasé. Mais la transmission d’images et de métaphores peut être source de confusion, voire de frustration pour les élèves. Concrètement, comment les élèves traitent-ils les informations imagées communiquées par leurs professeurs ?
R.Woody a postulé deux façons de mettre en pratique ces informations : 1) l’élève utilise l’image pour faire naître un sentiment, un état d’esprit et il se fie à cette disposition mentale pour l’amener vers une mise en lumière des caractéristiques expressives du morceau ; 2) l’élève prend note de l’image et la retranscrit en des termes musicaux qui lui permettent de construire son interprétation sur des éléments plus concrètement exploitables pour lui.

L’auteur a proposé à des étudiants en musique, tous niveaux confondus et tous instruments confondus, de travailler des mélodies assorties d’une série d’instructions imagées puis de les jouer comme s’il s’agissait de les interpréter en concert. Les participants devaient également mettre par écrit la façon dont ils pensaient et utilisaient ces images en travaillant les mélodies puis en les interprétant. Enfin, ils renseignaient une fiche concernant leur niveau de pratique instrumentale, le temps hebdomadaire consacré à celle-ci et le nombre d’années de leçons auprès d’un professeur.

Les résultats des journaux de bord des participants, recoupés avec les renseignements sur leur niveau de formation indiquaient que les étudiants ayant pris le moins d’années de cours et les étudiants en ayant pris le plus étaient plus susceptibles d’utiliser les instructions imagées telles quelles, sans les retraduire en termes strictement musicaux : ils suivaient donc plutôt un processus guidé par le ressenti. Les autres participants, ceux ayant rapporté un nombre d’années d’instruction « intermédiaire », étaient plus susceptibles de transformer les termes imagés en termes musicaux, donc de mettre en œuvre un processus cognitif.

Il est possible que les plus expérimentés et les moins expérimentés des participants, bien qu’employant des stratégies similaires basée sur le ressenti, ne mettent pas ces stratégies en œuvre de la même façon ou pour les mêmes raisons, mais on ne peut à ce sujet que formuler des hypothèses : peut-être pour les moins expérimentés s’agit-il de dégager un cadre général pour envisager l’œuvre, sans avoir encore forcément accès à un grand degré de précision et de finesse dans l’interprétation du fait d’un manque de maîtrise instrumentale ; quant aux plus expérimentés, peut-être que les éléments suggérés par l’imagerie, dans leur imprécision même, sont suffisants pour faire émerger une interprétation expressive et subtile quand l’interprète maîtrise tous les paramètres de son instrument ; dans ce cas, la traduction des images en termes strictement musicaux se révélerait redondante.

L’autre élément qui se dégage des journaux de bord des participants est l’importance pour le professeur de fournir des images compréhensibles par l’interprète, compréhensibles y compris par les termes qui les décrivent. En effet, une des images proposées dans l’étude utilisait un adjectif qui n’a été compris que par un petit nombre de participants, l’efficacité de l’image s’en voyant fortement réduite. Vérifier auprès de ses élèves ce qu’ils ont compris des instructions ou suggestions émises est essentiel lors de chaque cours !

Woody, Robert H. (2006). Musicians' Cognitive Processing of Imagery-Based Instructions for Expressive Performance. Journal of Research in Music Education, vol. 54 no.2, pp.125-137. Abstract consultable gratuitement en ligne.Abstract consultable gratuitement en ligne.